Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Les fermes en jeux, et pourquoi pas?

Les fermes en jeux, et pourquoi pas?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les musées, châteaux et offices de tourisme ont déjà perçu l’intérêt du jeu pour attirer le public et se faire connaître. Grâce à cette activité, leur clientèle s’est élargie. Aux fermes de joueur leur carte!

Les découvertes ludiques du type «aventure-jeux®»*, les chasses aux trésors, jeux de piste, … 

 

Quels sont les ingrédients incontournables?
Créer des souvenirs mémorables peut se faire en donnant à vivre une aventure pleine de suspens, d’incertitude, un certain stress. Les émotions comme la peur, l’émerveillement, ou le plaisir doivent être au rendez-vous, grâce à la scénarisation du lieu (décor, déguisements, couleurs, musique inattendue, mise en scène qui fait appel à tous les sens ….). Le scénario doit s’appuyer sur un objectif final ou un défi à relever. Les étapes doivent être variées et bien rythmées, pour que chaque membre de la famille ou de l’équipe y trouve sa place. Les enfants de deux à six ans sont dans la mise en scène des personnages, les adolescents apprécient les jeux de stratégie et le défi(fouiller, réfléchir, manipuler…). Les différentes épreuves seront ponctuées d’exercices physiques, les jeux moteurs étant appréciés à tout âge. En résumé : nourrir l’imaginaire du visiteur, lui faire vivre des émotionslui procurant des moments de complicité, partage et dialogue en famille.

Cela peut se traduire par :
Un sentier dessiné et scénarisé, un univers légendaire décalé, mais ancré dans l'identité de la ferme et/ou du territoire, des “kits à vivre“ selon les publics ou les aventures souhaitées de jour ou de nuit, entres adultes ou en famille, pour frissonner ou pour jouer.Là, il s’agira de déjouer des pièges, décrypter un texte codé, générer un mot grâce à une association d’idées, utiliser la lumière noire, unelampe infrarouge, un miroir pour faire apparaître un message invisible ou inversé, des cadenas ou des jeux d’adresse pour donner accès à des objets cachés … 

Quelques précautions à prendre en matière de sécurité
Ces lieux de jeux et d’aventure sont soumis à la réglementation de sécurité contre l’incendie des établissements recevant du public de 5e catégorie. En tant qu’ERP ils doivent être accessibles à toute personne en situation de handicap. Pour vous aider à mettre en place ce type de jeux, une formation sur le thème des « Jeux dans l’esprit des lieux » est proposée (renseignement au 03 62 61 42 33 ou diversification@agriculture-npdc.fr).


Créer un « escape-game » à la ferme ? Attention !
Le principe : une équipe de personnes doit s'échapper en une heure, en résolvant énigmes et mécanismes ingénieux disséminés dans le lieu. 
Ils sont très en vogue, ces « jeux d’évasion »!En cinq ans, ils ont conquis l’ensemble du territoire. Les escape games doivent donc innover en permanence et monter en gamme pour se démarquer et rester rentables. La clientèle se compose en grande partie de particuliers initiés, qu'il faut surprendre avec de nouvelles ambiances et mécaniques de jeu. Un joueur ne résout pas deux fois la même énigme …L’investissement est conséquent : humain, c'est-à-dire la présence d’un « maître du jeu » surveillant la progression du groupe est nécessaire en permanence, et cela coûte cher sachant qu’une équipe ne peut pas dépasser 4 ou 5 personnes et que l’épreuve dure 1h ou 1h30, matériel (caméras connectées à l’observateurqui intervient quand nécessaire pour donner des indices, donner le temps restant ….), et dans la majorité des cas la conception du jeu est confiée à un prestataire… A chacun de faire preuve d’imagination et d’innover,  en utilisant les matériaux disponibles et s’appuyant sur l’histoire locale, les techniques agricoles, anciennes ou modernes. Il reste sans doute un peu de place en Hauts de France, surtout en innovant. Le thème de la ferme ne semble pas encore exister, notre région est la moins fournie en offres « d’escape games ». En 2018 on n’en comptait qu’un seul pour 317 017 habitants en Hauts de France, contre un pour 96 682 en Nouvelle Aquitaine…****



***Etude statistique réalisée en France métropolitaine - janvier 2018Marine Pellarin & Ugo Schimizzi