Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

L'actualité en détail

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Maîtrise des coûts en production laitière, la recette anglaise

Dans l’optique de rentabiliser au maximum leurs exploitations, les éleveurs laitiers anglais valorisent le pâturage avec des troupeaux allant de 180 à 440 vaches.  

Plusieurs éleveurs  laitiers  des secteurs du Ternois, Béthunois  et de l’Artois, adhérents au GEDA (Groupes d’Etudes et de Développement Agricole), sont allés explorer les techniques et résultats d'outre-Manche.
 

Des coûts totalement optimisés

Question  optimisation  des  coûts,  l’exploitation  d’Andy  Allan,  située  à Newbury  au  sud-ouest  de  l'Angleterre, est  un  modèle  du  genre. Manager de trois  unités d’élevage, il détient un cheptel de  440 vaches  réparties  sur 2 unités  équivalentes. Les  veaux  et  génisses  sont élevés  sur  une  troisième unité spécialisée. L’assolement se compose 245 ha d’herbe,  60 ha  de  maïs, 60 ha  de  blé  ou  d’orge  soit  365 ha de SAU.  

Ici,  les  bâtiments  et  la mécanisation  sont  vraiment  réduits:  des  niches  à vaches en  logettes  sur  sables  face à  des  silos  en  libre service  non couverts  et  un simple fil  électrique  pour  contrôler l’avancement. L’aire d’attente  non  couverte est équipée  d’une  barrière  poussante  face à une salle de  traite  2x20  en  épi  avec alimentateurs. Seul, un tracteur  est  présent sur l’élevage  pour  assurer  le  raclage.  

 

Des vêlages groupés pour organiser  le travail

Le  travail  est  assuré  par  des  salariés extrêmement impliqués  dans  la gestion  de  l’élevage.  Un  seul  vacher s’occupe  des  220  vaches!  Il  trait 150 vaches  à l’heure, grâce  à  une  technique  de  traite  simplifiée  à l’extrême: pas de  lavage  des  mamelles, les vaches étant  propres  en  pâture  ou  dans  les logettes  avec  du sable.  Pas non  plus  de  décrochage automatique dans  la  salle de traite en équipement  simple,  ligne  haute. Les alimentateurs  distribuent une dose  identique à  chaque  vache  et un  portillon  d’auge  repousse  l’animal en fin de  traite  pour  accélérer  la sortie.  Enfin  les mammites  sont  rares,  ce qui  permet  aussi  de  garder  la cadence. 

La  génétique  du  troupeau est  issue  d’un croisement  trois  voies  Holstein d’origine  américaine, Nouvelle Zélande et Irlande, particulièrement  bien adaptée au pâturage et  d’une  très  bonne  fertilité.

Les  vêlages sont groupés pour  faciliter  l’organisation  du travail  et  pour  que le tarissement corresponde  à  la  saison sèche.  93%  des  vaches  vêlent  sur  six semaines en  septembre  octobre.  La  productivité  du  troupeau  est moyenne avec  7000  litres  par  vache  mais  avec  une  bonne  fécondité  (75%  de réussite  en  1ère  IA)  et une longévité  impressionnante  jusqu’à  7 à  8 lactations  par  vache... Les  génisses  de  renouvellement  sont  issues des premières  vaches  vêlées.  Le  taux  de  réforme  est accentué  par  un problème  de  tuberculose. Les blaireaux  qui  sont  «espèce  protégée», propage  cette  maladie  dans  les  élevages  de  la  région.  Les éleveurs  sont indemnisés  pour  abattre  et  remplacer  les  animaux  infectés. L’année précédente,  c’était presque 30%  des  vaches  qui  avaient  été  abattues.  

 

Une  ration  performante  à  moindre  coût  

Les  130  ha  de  Surface  Fourragère  Principale (SFP)  sont  constitués  de  55 ha  de  pâture  dont  15ha  sont ensilées  en  première  coupe  et  40  ha  d’herbe ensilés avec  une  seule  coupe  au  25  mai  et  35 ha  de maïs. Soit  60  ares de  SFP  par  VL.  

Le  pâturage  est  divisé  en  18  paddocks  avec  fil  électrique avant, avancé deux  fois  par  jour.  Ainsi,  les  animaux  ont  toujours  de  l’herbe fraîche  en sortant  de  salle de  traite  (compter 30  jours  pour  la  repousse). Les  chemins sont  très  portants  car  naturellement  composés  de  terres filtrantes et de petits galets  ronds  non blessants.

La  ration  hivernale  à base d’ensilage de  maïs et d’herbe  est complétée  par des  aliments  concentrés économiques (blé, tourteaux  de  colza  et soja) mais en quantité peui mportante  pour  un  système  avec  autant  d’herbe: 1800  kg  par  VL/an.  Avec une  telle alimentation  les vaches  produisent  un  lait  à  43.8%  de  MG  et 35.4%  de TP. Un  complément  de  prix  est  obtenu  pour  le  lait d’hiver  qui  représente  70%  de  la  production.  

 

L'exploitation, une entreprise rentable

L’autre  point  fort  de  l’exploitation  réside  dans  le  fait  qu’elle  est  gérée comme  une  entreprise  avec  un programme  de  travail  et  des  objectifs. Un calendrier  très précis  est  réalisé  et  permet  une  très  bonne efficacité  de  la main  d’œuvre.  

Le  regroupement  des  vêlages  est  LA  condition  essentielle de  cette organisation  du  travail.  Elle  permet  de  mieux  gérer  l’alimentation et la  complémentation  des animaux,  les vaches  étant  à  peu  près  toutes  au même  stade  de  lactation. La  période  de  vêlages,  plus  exigeante en surveillance  et  en  soins,  est  plus  courte,  ce qui  favorise  le  recours  à un  renfort  en  main  d’œuvre saisonnière  en  septembre-octobre.  

Les  résultats  économiques  reflètent  la  bonne  gestion  de  cette  exploitation et  la  rigueur  bénéfique  de   l’organisation  du  travail. Si  l’on  soustrait  les 22€/1000L  des veaux  et  vente  de  vaches  de  réformes  du total des charges  de  251 €/1000L,  on  obtient  un  prix  d’équilibre  pour  la  vente  de  lait  à  229€/1000L. Cette très forte maîtrise  des  charges  est  impressionnante, même si  certains  points  comme  les  investissements liés à  la mise  aux  normes sont  loin  d’être  comparables  à  ce  qui  se fait  chez  nous.

Trois  autres  visites  ont  confirmé  le  degré  élevé  de  technicité  des  éleveurs anglais:  mise  en  œuvre  pour valoriser  les  surfaces  en  herbe  grâce  au pâturage tournant  dynamique,  suivi  de  la  pousse  d’herbe  à  l’aide d’herbométre,  qualité  des  chemins  et  des  points  d’eau... Autant  de  pistes de travail  qui  seront reprises et travaillées dans et par les  GEDA.