Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Epandre ses produits organiques dans les règles de l’art

Epandre ses produits organiques dans les règles de l’art

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Aussitôt la moisson terminée, les épandages de produits organiques (fumiers, lisiers, composts, effluents urbains et sous-produits industriels) vont démarrer.

 

Tous nos conseils pour réaliser vos épandages dans de bonnes conditions, tout en respectant les règles de la couverture des sols.

 

Respecter le calendrier d’épandage
Le calendrier d’épandage diffère selon les cultures fertilisées et le type de produit azoté épandu :

  • type I : fumiers de ruminants, porcins, équins, composts d’effluents d’élevage et autres produits à C/N > 8,
  • type II : lisiers, boues, effluents peu chargés, digestats bruts de méthanisation, effluents avicoles, y compris les fumiers de volailles et autres produits à C/N ≤ 8,
  • type III : engrais azotés minéraux.
     

 

Sur CIPAN ou dérobées, les dates d’épandage sont conditionnées aux dates d’implantation et de destruction du couvert d’interculture.
Une limite de 70 kg d’azote efficace est fixée pour tout apport de produits organiques (types I et II) avant ou sur CIPAN. On entend par azote efficace, l’azote du produit organique minéralisable pendant la durée de végétation de la CIPAN. Les produits de type fertilisant (type II) présentent généralement des coefficients d’efficacité sur CIPAN élevés alors que les produits de type amendement (type I) ont des coefficients d’efficacité sur CIPAN beaucoup plus faibles.

 

Composition moyenne et coefficient N efficace sur CIPAN de quelques produits organiques

 

Couverture des sols
Lors d’un épandage de produit organique avant culture de printemps, il est obligatoire d’implanter une CIPAN contenant (des) espèce(s) à croissance rapide.
Liste des espèces considérées à développement rapide :

  • Avoine fourragère diploïde
  • Phacélie
  • Navette
  • Seigle
  • Moutarde
  • Colza d’hiver
  • Radis fourrager et radis anti-nématodes
  • Trèfle d’Alexandrie
  • Vesce de printemps

Les CIPAN doivent être maintenues pendant 2 mois minimum avec une destruction au plus tôt le 1er novembre. Il convient également de gérer les intercultures, en cohérence avec les exigences de la PAC, notamment sur les parcelles comptabilisées en SIE. En Nord – Pas de Calais, ces surfaces doivent à minima être en place entre le 15 septembre et le 10 novembre.Seules des espèces spécifiques sont également autorisés pour les SIE.
En cas de montée à floraison ou à graines, il est possible de broyer ou faucher le couvert sur sa partie aérienne avant le 1er novembre et à l’issue d’une période minimale d’implantation de 2 mois.

 

Dérogations au calendrier
- Une culture dérobée, n’est pas une CIPAN, elle peut être récoltée ou pâturée. Sur culture dérobée, l’apport de fertilisantà l’implantation est possible sous réserve du respect de la dose plafond fixée dans le référentiel régionalGREN et la limite de 70 kg d’azote efficace/ha pour les types I et II.
- Sur prairies, l’épandage des effluents organiques peu chargés (< 20kgN efficace/ha) est autorisé toute l’année.
- Sur cultures de printemps, l’épandage d’effluents organiques peuchargés (< 50 kgN efficace/ha) en fertirrigation est autorisé jusqu’au31/08 (eaux de sucreries).
- Sur cultures de printemps irriguées, l’apport d’azote minéral est autorisé jusqu’au 15/07 et, sur maïs irrigué jusqu’au stade de brunissement des soies du maïs.
- L’épandage dans le cadre d’un plan d’épandage autorisé de bouesde papeteriesayant un C/N > 30 est possible avant culture de printemps sans implantation d’une CIPAN.

 

Conditions d’épandage par rapport aux cours d’eau et sur sols en pentes
En bordure des cours d’eau, l’épandage est interdit :
    - à moins de 35 m (10 m si couverture végétale de 10 m) pour les effluents de type I et II,
    - sur les bandes enherbées (5 m) et en l’absence de bande enherbée, à moins de 2 m pour les effluents de type III.


En zones vulnérables, l’épandage est également interdit dans les 100 premiers mètres à proximité descours d’eau pour des pentes :
> 10 % pour les fertilisants azotés liquides
> 15 % pour les autres fertilisants.
Il est toutefois autorisé, dès lors qu’une bande enherbée ou boisée, pérenne, continue et nonfertilisée d’au moins 5 mètres de large, est présente en bordure de cours d’eau.
Dans ce cas, les distances à respecter vis-à-visdes berges des cours d’eau sont celles définies ci dessus.

 

Claire BODELE - 03 21 60 57 60
SATEGE 

 

 

Abonnez vous !