Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Lisier de porcs: Limitez la volatilisation ammoniacale

Lisier de porcs: Limitez la volatilisation ammoniacale

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Découvrez les méthodes et techniques qui fonctionnent !

Le lisier de porcs est un engrais organique riche en éléments fertilisants. Les 35 analyses réalisées  mettent en avant une composition moyenne de l’ordre de 4,8 kg d’azote par m3, avec une teneur très variable allant de 1,4 à 9,5 kg/m3.
Près de la moitié de l’azote est présente sous forme ammoniacale, c'est-à-dire rapidement disponible pour les plantes mais également facilement volatilisable. Il reste très important de bien analyser son lisier avant tout épandage pour gérer au mieux sa fertilisation.

 

Des émissions ammoniacales très rapides avec le lisier de porc

A la fin de l’été 2018, l’essai* mené avec du lisier de porc a permis de tester différents matériels d’épandage (tonnes à lisier avec pendillard, avec enfouissement à disques ou encore à dents) et différentes modalités (épandage sur couvert en place, sur sol nu prétravaillé, avec enfouissement immédiat ou enfouissement 48 heures).

  • Environ 25 m3 de lisier ont été épandus par hectare sur chacune des modalités, ce qui représente 71 à 74 kg d’azote total dont 34 à 36 kg d’azote ammoniacal.
  • Le pH du lisier est de 7,8.
  • Le sol est un limon battant avec un pH de 7,2.
  • Les épandages sont réalisés sous une température de 15 à 17 °C, une légère pluie (0 à 0,6 mm) et un vent de nord/nord est de 7 à 10 km/h.
     

D’une manière générale, la cinétique d’émission d’azote ammoniacal du lisier de porc est très rapide. L’épandage de lisier en surface va générer rapidement des émissions ammoniacales.La quasi-totalité de l’ammoniac est volatilisé dans les 24 heures qui suivent l’apport. De nombreux essais mettent même en évidence des émissions importantes dans les premières heures qui suivent l’épandage.

* expérimentations réalisées dans le cadre du projet EPAND’AIR en association avec le GIEE du Ternois.

 

Différentes techniques pour limiter ce phénomène

La technique de l’enfouissement présente une très bonne efficacité de réduction des émissions ammoniacales par rapport au lisier laissé en surface. Dans le cadre de notre essai, une diminution de pertes de 50 % de l’azote ammoniacal a ainsi pu être mesurée avec un épandeur à disques par rapport à un épandage sur sol nu. Avec l’enfouisseur à dent, aucune volatilisation n’a été mesurée.

D’autres pratiques culturales comme les épandages sur couvert en place ou sur sol pré-travaillé permettent d’obtenir de bons résultats et de limiter efficacement les émissions d’ammoniac (moins de 10 % d’azote ammoniacal volatilisé). Ainsi, la limitation de la volatilisation ne passe pas seulement par l’achat de matériel spécifique. L’adaptation des pratiques culturales peut aussi permettre de répondre à cet enjeu.
 

+ d'information : 
SATEGE au 03 21 60 57 60